Publié dans Anxiété

Lâcher prise: La clé de la transformation intérieure-Guy Finley:

(Re)parlons aujourd’hui de développement personnel avec ce bouquin écrit par le philosophe Guy Finley qui m’a laissé perplexe et que je ne conseille pas forcément. 

Toute créature vivante est conçue pour se séparer de ce qui a fait son temps. Dans le cas de l’arbre, les fruits, en tombant, transportent les graines jusqu’au sol, sans aucune intervention surnaturelle. De même – c’est-à dire en fonction de lois supérieures tout aussi exigeantes – des forces amicales attendent d’accomplir à votre place ce que vous n’avez pas été en mesure de faire par vous-même.

Il vous suffit d’apprendre à vous appuyer sur ces principes puissants et vieux comme le monde pour tourner le dos à l’amertume, au regret obsédant, à l’inquiétude et aux pensées troublantes. Le reste se fera sans votre intervention : vous aurez lâché prise et abandonné tout ce qui persistait à vous retenir à des relations et à des événements malheureux.

Vous pourrez ainsi cesser de vous plaindre de votre travail, car ce n’est pas votre travail qui est ingrat, mais ce que vous en pensez. Vous pourrez arrêter de vouloir transformer les autres, car votre problème avec les autres, c’est vous. Vous n’aurez plus à craindre les changements imprévus ou ce qui vous met au défi, car la seule créature vivante à qui vous devez rendre des comptes, c’est encore vous.

lacher prise

Par quoi commencer ? Je vous ai dit que l’auteur était un philosophe et on le ressent plutôt bien en lisant ce livre. Je n’aime pas la philosophie, ses concepts sont trop abstraits pour moi et j’ai besoin de concret, j’ai donc eu beaucoup de mal à me plonger dans ce livre qui déborde de conseils abstraits. Ce n’est donc pas ce livre qui va m’aider à lâcher prise même si c’est l’un de mes nombreux objectifs pour gérer mon anxiété.

Ce livre se divise en neuf chapitres tout aussi abstraits, je n’ai pas trouvé sa structure logique et j’ai mis beaucoup de temps à le lire pour ces raisons. Non seulement je ne comprenais pas les notions introduites mais en plus il n’y avait pas de fil conducteur qui pouvait m’intriguer et me pousser à continuer ma lecture…

Les chapitres en eux-même sont construits de la même manière : un ou plusieurs témoignages ou histoires pour vous apprendre à lâcher prise sur plusieurs sujets, des question-réponses entre l’auteur et une personne incapable de lâcher prise et plusieurs points sur ce qu’il faut faire et ne pas faire ou penser et ne pas penser. Ça devient assez vite redondant et au final j’ai trouvé qu’il y en avait trop pour pouvoir garder ça en mémoire…

Bref, ce livre ne m’a pas plu. Je pense qu’il peut plaire aux personnes qui aiment penser avec philosophies, mais pour les personnes comme moi c’est beaucoup trop abstraits et pas assez prenant. L’auteur part dans des concepts et explications trop complexes à mes yeux et ça ne m’a pas plus aidé. C’est dommage, mais je garde en tête l’objectif de réussir à lâcher prise sur ce qui peut me rendre anxieuse, il faut juste que je trouve un autre livre qui me prendra moins la tête.

La seule chose qui m’a plu est la présence de petites histoires qui nous aident à un peu mieux comprendre certains principes, mais à part ça j’ai trouvé le livre trop long et trop prise de tête alors que le but est justement de lâcher prise ahah.

Dites moi ce que vous avez pensé de ce livre si vous l’avez lu, je vous souhaite un bon week-end, xo.

Publicités
Publié dans Chroniques

Grisha-Leigh Bardugo:

Salut tout le monde!
Aujourd’hui on parle fantasy avec Grisha de Leigh Bardugo qui m’a à la fois plu et un peu déçu… Je me suis sûrement fait trop d’attentes sur ce premier tome qui reste à mes yeux une introduction à cette trilogie.
Le royaume de la Ravka est maudit depuis des millénaires. Son destin repose désormais sur les épaules d’une orpheline. Alina a été recrutée par l’Armée pour accompagner les Grisha, de puissants magiciens qui luttent contre le brouillard maléfique qui déchire le pays. Quand son ami d’enfance frôle la mort lors de ce raid, Alina doit affronter ses peurs et sa destinée… Le monde des Grisha est dangereux et les pièges nombreux. À qui Alina pourra-t-elle accorder sa confiance, alors que la seule personne sur laquelle elle pouvait compter n’est plus en mesure de l’aider ?
Alors déjà, au départ avec tout ces noms imaginaires j’ai eu peur d’être perdue et je dois avouer que c’est un peu le cas même après avoir terminé ma lecture… J’espère que ça ira mieux par la suite mais actuellement je trouve qu’il nous manquait beaucoup de détail sur l’histoire des Grishas alors que ce tome est justement supposé nous introduire l’univers dans lequel on se trouve…
Dès le début du roman on est dedans : DE LA ROMANCE (ouais j’aime pas ça) et ça m’a franchement déplu parce qu’à mes yeux ça gâche tout le potentiel de cet univers car il nous laisse avec une protagoniste qui réfléchit plus à l’amour qu’elle porte à son bien aimé qu’au reste. Et à force c’est blasant.
L’histoire en elle-même est vraiment intéressante et le sujet bien trouvé. Sauf qu’à mes yeux le sujet n’est pas bien traité. D’abord parce que notre auteure préfère se focaliser sur des querelles et des amourettes pendant la majeure partie du roman mais aussi parce qu’on manque cruellement d’intrigue…
Pourtant l’écriture est vraiment prenante, j’ai enchaîné les pages sans problème, sauf qu’à la clôture du roman j’ai eu un sentiment de n’avoir presque rien apprit ni appréhendé. La moitié du roman se consacre à notre protagoniste qui découvre ses pouvoirs et l’autre à son combat contre notre antagoniste, et entre deux on a du blabla et peu d’enjeu.
J’ai vraiment la sensation que ce premier tome aurait pu être bien mieux. Déjà car s’il était introductif, il aurait pu nous introduire beaucoup plus de détails plutôt que de se focaliser sur des détails répétitifs et qui n’apportaient pas grand chose à l’intrigue. Mais aussi parce qu’il ne rend pas sa protagoniste attachante, Alina m’a plus gonflé qu’autre chose parce qu’à mes yeux elle est une coquille vide… Je n’arrive pas à la cerner elle ni sa relation avec Mal (elle aurait pu choisir le Bien mais bon que voulez-vous…).
Même les personnages secondaires manquent cruellement de profondeur, c’est peut être une tentative de l’auteure de créer de l’intrigue comme elle l’a fait avec son personnage du Darkling dans ce roman mais ça rend l’histoire de moins en moins prenante parce qu’on n’a pas l’occasion de connaître ni de juger nous même ces autres personnages.
En ce qui concerne l’univers fantasy, on en a des détails intéressants mais on n’en a pas assez… On reste sur des petits détails magiques mais on reste sur notre faim. Je n’ai pas forcément réussi à me projeter dans cet univers car je n’y voyais pas assez de magie…
Et l’intrigue… Il y en a une bien entendu mais elle se règle trop rapidement et de manière bâclée à mes yeux. Et je ne parle pas du dénouement qui m’a également déçu et laissé de marbre… Je m’attendais à mieux…
Bref je ne vais pas cracher sur ce livre, il a su m’intéresser mais il m’a franchement déçue. L’univers aurait pu être mieux introduit et traité car là il ne me donne pas envie de continuer cette trilogie et c’est dommage…

Publié dans Chroniques

Audrey retrouvée-Sophie Kinsella:

Bonjour tout le monde!
Aujourd’hui je vous parle d’un autre roman de Sophie Kinsella, il s’agit (comme vous l’avez remarqué, merci Audrey on sait lire) d’Audrey retrouvée.
Ce qui est à la fois génial et déroutant avec les romans de cette auteure c’est qu’à mes yeux ils sont à la fois simple mais efficace. Du moins ça l’était quand le thème de ses romans étaient le shopping, mais là malheureusement on parle d’un sujet sérieux et pour être honnête j’ai été déçue du tournant qu’a prit cette histoire, j’avais besoin de plus…
Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres.
Ça, c’était avant.
Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie d’un oeil nouveau : celui de la caméra.
Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde…
D’abord, je réalise que c’est un roman lu à partir de 13 ans donc je peux comprendre que l’auteure n’aie pas été trop loin dans les troubles anxieux d’Audrey, mais je maintiens que pour ma part je suis resté sur ma faim. Je pense que c’est vraiment un roman jeunesse à prendre comme il est : adressé à un jeune public.
Je souffre moi-même de troubles anxieux et je m’appelle Audrey. Alors vous vous doutez que ce livre a d’abord été une sorte de révélation pour moi, c’est comme si je devais absolument le lire car ce personnage me correspondrait. Et je ne me suis pas trompée. Bien sûr nous n’avons pas le même vécu mais la plupart des comportements du personnage d’Audrey correspondent aux miens et j’ai eu un sentiment de compréhension et de soulagement à l’idée de pouvoir m’identifier un peu à un personnage.
Je n’ai rien à reprocher à ce personnage principal ni à la manière dont l’auteure l’a traité. Audrey est un personnage attachant et touchant, ses descriptions correspondent totalement à mes yeux aux problèmes qu’aurait une personne souffrant d’anxiété sociale. J’apprécie le fait que l’auteure n’ait pas traité ce sujet à la légère, c’est important.
L’histoire est mélangée à une autre trame qui concerne le frère d’Audrey et j’ai trouvé que cela donnait une petite touche d’humour à ce roman, sauf qu’à force j’ai trouvé ça lourd et redondant et qu’on s’éloignait totalement du sujet de base du roman. Au final, l’histoire aurait dû se centrer uniquement sur le personnage d’Audrey car pour ma part j’attendais une histoire sur comment évolue une personne souffrant d’anxiété, et je me suis retrouvée avec une maman et un frère qui se battent pendant 200 pages au sujet des ordinateurs… Un peu lassant à force.
L’histoire est courte et se lit très rapidement, l’écriture de Sophie Kinsella est addictive et à chaque fois que je lis ses romans je les dévore. Elle a un vrai talent pour écrire. Mais cela n’empêche pas que j’ai été déçue du tournant qu’a prit l’histoire. Comme je l’ai déjà dit, son histoire part dans trop de sens différents alors qu’on attend juste de voir comment va évoluer Audrey mais aussi j’ai l’impression qu’on n’a pas eu de fin ou de dénouement…
Je sais bien que c’est un roman pour adolescent mais j’ose penser qu’à 13 ans on est prêt à entendre parler d’anxiété. Et ici, si l’auteure mentionne le sujet, elle ne va pas jusqu’au bout à mes yeux. Le sujet est traité sur la surface des choses et c’est dommage… On aurait pu aller plus loin, même si l’on a quand même des passages sérieux à ce sujet. Je suis resté sur ma faim.
En bref, c’est un roman agréable à lire et qui peut plaire aux jeunes lecteurs, mais n’attendez pas comme moi un livre sur une personne anxieuse qui vit avec, évolue et apprend de ses erreurs. C’est le cas bien entendu mais pas suffisamment à mes yeux. La romance présente dans le roman m’a aussi un peu blasé. Mais allez savoir, l’écriture de Sophie Kinsella est addictive et je finis toujours par dévorer ses romans et je continuerais de les lire ahah.

Publié dans Avis movie

Le Roi Lion:

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui nous allons parler d’adaptation de films Disney avec Le Roi Lion qui m’a vraiment plu et m’a fait passer un super moment !

Cet avis sera assez court car je n’ai pas énormément à dire mais je tenais quand même à vous faire un petit article sur ce film.

Au fond de la savane africaine, tous les animaux célèbrent la naissance de Simba, leur futur roi. Les mois passent. Simba idolâtre son père, le roi Mufasa, qui prend à cœur de lui faire comprendre les enjeux de sa royale destinée. Mais tout le monde ne semble pas de cet avis. Scar, le frère de Mufasa, l’ancien héritier du trône, a ses propres plans…

Si j’avais d’abord vu Dumbo, une autre adaptation qui m’a beaucoup plu, celle-ci est ma préférée. En effet, Le Roi Lion a toujours été l’un de mes Disney préférés quand j’étais petite, même si à l’heure actuelle… Je ne me souvenais pas de tout ce qu’il s’y passait ahah (et j’ai aussi pas mal de Disney que je n’ai jamais vu et dans lesquels je dois me mettre à jour).

C’est pour cela que je ne commenterai pas le fait que le film ressemblerait ou non au dessin animé original car… je n’en sais rien ! Je sais juste que ça ne m’a pas fait tilt et que ça ne m’a pas gâché mon moment.

Cette réadaptation m’a aussi permit de redécouvrir cette histoire et de comprendre certaines scènes que je n’avais pas forcément comprises étant enfant. Par exemple  »Hakuna Matata » qui m’a fait réfléchir étant donné qu’en ce moment je cogite pas mal sur ma vie personnelle assez mouvementée…

Les graphismes sont tout simplement sublimes ! Cela rend les scènes d’autant plus réalistes et belles à voir. On a presque l’impression de regarder un documentaire animalier quand on est devant ce film.

Sinon, en ce qui concerne l’histoire, vous la connaissez tous, je ne vais pas la commenter en profondeur mais même si je n’ai plus mon âme d’enfant ce film me plaît toujours autant qu’à l’époque, j’ai passé un super moment et je vous conseille d’aller le voir si vous voulez être un peu nostalgique comme moi ahah.

le roi lion

Publié dans Chroniques

Le Musicien-Annabelle Blangier:

Bonjour tout le monde !
Parlons réécriture, parlons livres de Magic Mirror Edition qui m’ont gentiment envoyé ce livre (encore merci). Celui-ci est une réécriture du Joueur de flûte d’Hamelin et j’ai été agréablement surprise par son contenu !
Aucun village n’est aussi paisible que Hamelin. Conduits par un maire juste et protecteur, les habitants s’épanouissent en toute sérénité. Seule Lore, petite-fille du couple dirigeant, demeure frustrée de l’embargo posé sur la musique par son grand-père. Mais l’arrivée en ville d’un jeune virtuose pourrait bien faire imploser les règles sclérosées.
Au rythme des cours de musique clandestins qu’il donne à Lore, Raffael va peu à peu remuer le passé inavouable de Hamelin. À mesure que les désirs de vengeance s’exacerbent et que la mélodie du violon envoûte les cœurs, les masques tombent et le village plonge dans une spirale de violence sans précédent. Lore, comme chaque habitant, sera mise face à un dilemme insoutenable.
Saura-t-elle choisir entre le devoir moral qui lui incombe et la tentation du châtiment qui la ronge ?
D’abord, je ne connaissais pas le conte de base avant de lire le livre(ou du moins je ne m’en souvenais plus, hashtag poisson rouge), ce qui m’a permit de ne pas avoir trop d’attentes dessus et d’apprécier l’histoire pour ce qu’elle était et non pas pour son œuvre de base. Mais comme je suis une grande fan de contes (et qu’il nous est raconté une fois l’histoire terminée), ce livre a forcément gagné des points pour cette raison.
Je ne vais pas cacher qu’au départ j’étais perplexe, je trouvais l’histoire plate et aussi qu’elle contenait beaucoup trop de conversations et pas assez d’action. Heureusement que je ne suis pas du genre à abandonner un livre car j’aurais pu le faire…
Mais heureusement j’ai tenu bon et j’ai découvert une jolie histoire ! Déjà, on retrouve bien l’histoire de base dans ce roman sans qu’elle ne soit à cent pour cent similaire à celle-ci. L’auteure a une très belle écriture même si au départ elle m’a laissé de marbre dans le sens où je trouvais les discussions étranges pour les personnages (mais ce sentiment est finalement passé).
Le premier avantage de ce roman est la taille de ses chapitres, ils ne sont pas très longs et cela permet de ne pas se sentir essoufflé ni obligé de trop lire d’un coup (personnellement je lis dans le train avant et après avoir été travaillé et c’est agréable de ne pas avoir la pression de devoir lire un chapitre de 25 pages à toute vitesse).
Le suspense est bel et bien présent tout au long du roman, on est tenus en haleine car on attend énormément de révélations à la fin du livre, je l’ai finis vite tellement je n’en pouvais plus de ne pas avoir le mot de la fin. Si vous voulez du choc et de la frustration, je vous garantis que vous allez en ressentir ! On ne s’attend à rien de ce qu’il se passe dans ce roman.
Le seul point faible de ce livre est que j’ai eu du mal à m’attacher à ses personnages. Je ne peux pas dire qui serait mon personnage préféré (par contre je peux vous dire lequel je déteste le plus ahah) parce que je n’en apprécie aucun. Mais ce qui change des contes dans cette réécriture c’est que personne n’est ni bon ni mauvais, nous avons tous une part de lumière et d’ombre en nous comme ces personnages qui nous sont introduits.
Je vous conseillerai ce livre si vous êtes amateurs de réécritures de contes et si vous préférez une bonne trame à une profondeur des personnages car j’ai trouvé qu’ils n’en avaient pas assez… Sinon cela reste une bonne histoire qui m’a beaucoup plu. Il ne manquait plus qu’à avoir des personnages plus attachants et un début plus accrocheurs et j’aurais encore plus aimé !
Avant de vous dire au revoir, je vous laisse quand même apprécier une photo de cette magnifique couverture qui fait gagner des points à ce roman !

Publié dans escape game

Magie et Sortilèges:

Bonjour tout le monde !

Un peu plus de magie aujourd’hui en parlant de l’escape game  »Magie et Sortilège » que j’ai pu faire avec une super équipe !

C’est un escape game qui se trouve à Arras au  »Chemin de traverse » (rien que le nom a su me charmer bien entendu), ils font aussi d’autres escapes game que je compte bien essayer prochainement. Celui-ci concerne bien entendu l’univers d’Harry Potter et il m’a beaucoup plu ! Je le conseille à tous les fans de la saga !

En 1994, alors élève en 3ème année au sein de l’Ecole de Magie et de Sorcellerie, le jeune Simon Locke égare le mot de passe de son dortoir,
Des élèves d’une maison rivale en profitent pour lui dérober un très puissant objet magique et le cacher dans la Salle des Artefacts du Château.
Cet événement aura des conséquences dramatiques… à moins que vous ne changiez le cours des événements….
Vous avez une heure pour surmonter les épreuves de la Salle des Artefacts et retrouver cet objet magique…

D’abord, cette salle offre trois niveaux différents selon l’âge des personnes qui vont jouer, si un enfant veut tester cette salle il pourra le faire sans problème ! Il me semble que nous avons prit le niveau le plus difficile, nous étions six et ça s’est très bien passé.

À peine entrés dans le bâtiment nous sommes éjectés dans le bain puisque notre game master nous invite à prendre place dans son salon pour nous expliquer la mission qui nous a été donnée : aider le jeune Simon Locke. J’ai trouvé sa manière d’agir avec nous vraiment professionnelle et superbe car elle nous a de suite pris dans son jeu. J’ai adoré.

Une fois entrés dans la salle, aucun doute là-dessus, nous étions dans l’univers d’Harry Potter, la magie était là et nous étions nous-même dans la peau d’un sorcier. Les objets cultes de la saga étaient là et les mécanismes rendaient le tout magique.

Le fait d’être six n’était pas dérangeant car l’on pouvait très bien se diviser les tâches, les énigmes ne sont pas linéaires et l’ont peut faire celles que l’on voulait quand on le voulait. Ces mêmes énigmes étaient très prenantes et avaient leur difficulté malgré tout, c’était mon premier escape game et au départ j’ai eu peur de ne pas y arriver, mais c’était sans compter l’aide de notre game master tout au long de la partie !

Toute la salle est faite pour être manipulée, aucun accessoire n’était là pour rien et c’est également un point fort de cette salle. Non seulement on retrouve l’univers de notre sorcier favoris mais en plus on a l’occasion d’agir comme un sorcier de nous-même. Et si nous avions trop de difficultés nous étions aidés par un autre mage (encore merci très cher).

Le seul reproche que j’aurais à faire à cette salle est l’une de ses énigmes dont les mécanismes étaient assez difficile à comprendre, on a dû y passer presque dix minutes ahah, mais heureusement nous sommes ressortis de la Salle des Artefacts en moins d’une heure et en entier en retrouvant l’objet perdu (objet qui m’a un peu déçu aussi au final mais bon…).

En bref, j’ai passé un si bon moment que j’ai eu la sensation que c’est passé beaucoup trop vite. Vous vous doutez donc que je vous conseille cette salle à 100% ! J’espère pouvoir bientôt refaire un escape game là-bas et aussi en découvrir de nouveaux sur le thème d’Harry Potter !

Le-Chemin-de-traverse

4 Rue du Général Barbot, 62000 Arras

Publié dans escape game

Une  »Soirée hors contrôle »:

Bonjour, avant que l’on me demande  »MAIS QU’EST-CE QUE T’AS ENCORE FAIT COMME CONNERIE AUDREY?! » je parle d’un escape game. Sinon tout va bien dans ma vie (c’est pas vrai mais vous n’êtes pas mes psy).

C’est la première fois que je donne mon avis sur un escape game et la deuxième fois que j’en fais un alors soyez indulgents sur mes arguments ahah…

Ce soir, c’est le grand soir !!! Votre meilleur ami se marie demain matin et vous voulez fêter ça comme il se doit !!! Alors vous avez programmé une super soirée chez Escape Mind.

20h00 : Arrivée sur le lieu, musique et alcool…
20h05 : Voici le DJ et l’arrivée de deux strip-teaseurs ! « Mais que se passe-t-il ?»
20h10 : Encore plus d’alcool et on attend notre game master pour faire un escape game
20h30 : C’est l’heure…
20h31 : On est tombé où ? « C’est le paradis ici. »
20h39 : Black Out…
8h00 : « On se trouve où ? » Que s’est-il passé ? Et mon mariage qui commence dans 60 minutes…

Bien entendu, cet escape game est interdit aux moins de 18 ans.
Pour l’anecdote drôle, j’ai parlé de cet escape game à mon père et sa copine, ils ont tout deux été choqués et ont cru que tout les escape game se passaient comme ça mdr.

Pour commencer, l’accueil du game master m’a laissé perplexe. C’était une entrée en matière assez froide à mes yeux mais le principe de cette salle nous a été bien expliqués. Je ne veux pas trop en dire sur comment nous sommes entrés et dans quelles conditions nous nous sommes retrouvés dans cette salle mais autant dire qu’on a commencé fort, surtout que tout reposait sur moi au départ (sympa la pression mdr).

Les décorations nous projettent littéralement dans un enterrement de vie de garçon. Bouteilles d’alcools, outils sexuels et bien d’autres choses vous y attendent. Le seul détail qui m’a laissé perplexe était que le game master nous demandait si on voulait vraiment s’amuser ou non (c’est à dire ne pas se prendre trop la tête avec les énigmes) mais au final, à moins d’avoir un humour qui persiste pendant une heure, la salle est amusante au début mais on a vite fait le tour.

L’avantage également est que cette salle peut être jouée si vous débutez dans ce domaine, nous avons prit le niveau extrême mais les énigmes n’étaient pas difficiles et de plus, si vous n’y arriviez pas vous pouviez demander des indices. Mais comme on n’a rien sans rien nous avons eu des gages à faire en échange ahah, c’était amusant.

Malheureusement pour moi, j’ai été déçue. Les énigmes relevaient surtout de la technologie et pas de la salle en elle-même qui servait plus de décor que de lieu d’enquête. On a pourtant beaucoup d’accessoires dans cette salle mais ils ne servent à rien. Aussi, les énigmes étaient linéaires alors que nous étions quatre (la salle peut se jouer jusqu’à six joueurs) et que, pour ma part, je préfère qu’on puisse se partager les énigmes plutôt que de tout faire en même temps.

Nous avons réussi à sortir de cette chambre d’hôtel en moins d’une heure. J’ai passé un bon moment mais je suis resté sur ma faim. En bref, c’est un bon escape game si vous voulez vous amuser sans trop vous prendre la tête mais si vous aimez vraiment les escape game je pense que vous saurez trouver mieux ailleurs.

Si toutefois vous êtes tentés d’essayer, je vous laisse l’adresse à la fin de mon article, et j’espère vite vous retrouver pour de nouveaux avis ! En espérant que celui-ci vous plaira !

escape mind

Escape Mind
1112 Boulevard Fernand Darchicourt,
62110
Hénin-Beaumont